La liste des chansons de Noël (Stéphane Laporte, La Presse)

LAPRESSE_LOGO_Coul[...] Composer des nouvelles chansons de Noël est une tâche impossible, parce qu’il n’y a aucun souvenir attaché aux notes. Quelques génies ont réussi à le faire, si bien qu’elles nous donnent autant envie de se rouler en petite boule que les vieilles tounes: Marie-Noël de Charlebois, 23 décembre de Beau Dommage, Happy Xmas (War Is Over) de John Lennon, Jolis sapins de Michel Fugain, Entre Noël et le jour de l’an de Maryse Letarte. Maryse Letarte a même réussi l’exploit de composer un album au complet de nouveaux classiques du temps des Fêtes. Ça s’intitule Des pas dans la neige. Si vous ne l’avez pas, faites-vous ce cadeau. [...]

Voir l’article original : La liste des chansons de Noël>>>

Continue reading →

Bâtir un juke-box de Noël (Émilie Côté, La Presse)

LAPRESSE_LOGO_CoulComme un bon vieux juke-box, une compilation réussie de musique de Noël doit comprendre des nouveautés, des coups de coeur, des classiques, une sélection locale et des titres populaires qui complètent parfaitement une liste de lecture.
[...]
Des pas dans la neige – Maryse Letarte

En 2008, c’est grâce à cet album de Noël que Maryse Letarte a séduit la critique avec des compositions originales aux sonorités contemporaines. Maryse Letarte a réinventé le genre de façon bien touchante et personnelle.

Voir l’article original : Bâtir un juke-box de Noël>>>

Continue reading →

Douceurs de Noël avec Maryse Letarte (Émilie Côté, La Presse)

LAPRESSE_LOGO_CoulQuand elle est arrivée sur la scène de la 5e salle de la Place des Arts dans sa robe dorée, de l’enthousiasme et de la fébrilité illuminaient son sourire. Il faut dire qu’il y avait plus de cinq ans que Maryse Letarte n’avait pas donné de spectacle à Montréal.

Il y a trois ans, son album de Noël Les pas dans la neige avait séduit le public et la critique, tout comme son disque «Ni le feu ni le vent», sorti l’an dernier, quelques mois avant que son médecin lui recommande d’annuler sa tournée prévue pour se reposer et donner naissance à sa petite fille.

Accompagnée de cinq musiciens, Maryse Letarte a brisé la glace avec la pièce instrumentale «Le mendiant de Noël», suivie d’«Entre Noël et le Jour de l’An». Sa voix douce et enfantine était quelque peu hésitante -nervosité explique-, avec un superbe enrobage musical doux et feutré, à l’image de l’album.

«Bonsoir, merci d’être là», a lancé Maryse Letarte à la foule, avant d’enchaîner avec «Ah! Que Je t’aime», tiré de «Ni le feu ni le vent». Les dizaines d’ampoules suspendues par des fils qui parsemaient la scène se sont alors illuminées, alors que le claviériste Marc-Antoine Olivier a sorti ses cuillères pour accompagner la chanteuse.

Un autre beau moment a suivi avec «Épilogue 1» et «Ni le feu, ni le vent», avec les arrangements de xylophone et les choeurs des musiciens (la bassiste Amélie Mandeville, le batteur Justin Allard, la violoncelliste Christine Giguère et le guitariste Marc Papillon-Ferland).

Pour ce qui est de la mise en scène, les musiciens étaient peut-être trop éloignés de la chanteuse. Quant à Maryse Letarte, il a fallu plusieurs chansons avant qu’elle change de position derrière son piano, où elle était malheureusement de dos aux spectateurs du tiers de la salle.

C’est dommage, car Maryse Letarte crée un lien très fort avec son public, que ce soit quand elle chante ou en scrutant la salle lors de ses interventions entre les pièces. Pince-sans-rire, elle raconte avec charme et humour avoir eu l’idée d’un album de Noël quand la préposée d’une clinique médicale lui a lancé: «pauvre toi, tu es née le 11 décembre, en plein dans le gros stress de Noël».

L’artiste a alors eu une prise conscience, déçue de voir que Noël était devenu une fête commerciale à la course effrénée. Avec son disque «Des pas dans la neige», elle a voulu faire savourer aux gens «le moment présent du Temps des fêtes», rendre hommage au «sacré des petites choses de la vie qu’on oublie pendant l’année» et rappeler «d’être des cadeaux au lieu de ne pas être un cadeau».

Juste avant l’entracte, pendant «Gloria», Maryse Letarte s’est levée de banc de piano pour faire taper des mains la foule. Puis elle s’est assise derrière un clavier rétro pour «Ô Traîneau dans le ciel». Elle faisait alors face à la foule, qui pouvait enfin profiter de la profondeur de son regard brillant.

Sur scène, Maryse Letarte donne dans la délicatesse et non dans la flamboyance. On sent son intégrité, son fin recul sur la vie et son désir sincère de faire réfléchir et sourire les gens avec ses chansons douces comme des comptines.

Après l’entracte, le numéro avec l’essoreuse à salade en guise d’instrument est tombé à plat, mais le public a eu droit à une finale plus rock avec son vieux succès «Je suis down», l’irrésistible «Boum Boum» et «Paralysée à Hollywood». C’est venu donner du pétillant à la fin de sa performance, tel un verre de bulles.

Émilie Côté, La Presse

Continue reading →

Maryse Letarte après Noël, avant Noël (Alain Brunet, La Presse)

LAPRESSE_LOGO_CoulIl y a deux ans, elle a fait un album pop avec pour thème l’hiver et ses festivités. On a eu tôt fait de considérer Des pas dans la neige comme un album-concept du temps des Fêtes. Vendu à plus de 20 000 exemplaires, cet opus est aujourd’hui mieux connu que sa créatrice ne l’est à la sortie de son cinquième album ! Puisque nous faisons ce week-end nos premiers pas dans la neige, les premiers d’une longue série (…), l’occasion est belle de vous causer de Maryse Letarte.

Amorcée depuis les années 90, la carrière d’auteure-compositrice-interprète a été laborieuse pour cette femme. La vie publique, la communication directe semble lui exiger des efforts considérables… ce qui m’a souvent laissé l’impression qu’elle préférerait passer son existence entière dans un studio-bulle d’où émanerait sa création sans qu’elle n’ait à la défendre au dehors. Et, contre toute attente, Des pas sur la neige a surgi au pied d’un arbre, l’arbre de cet album alors en préparation :Ni le feu ni le vent.

Il ne faut pas se méprendre avec Maryse Letarte, difficile à saisir d’emblée. Il faut déployer ses antennes pour découvrir ses vertus créatrices, il faut leur laisser le temps de se dévoiler. Le dévoilement, d’ailleurs, se poursuit le 7 décembre prochain à La Tulipe.

Quelques écoutes son nécessaires à l’accueil des vibrations émises par cet être humain certes complexe mais dont le talent finit néanmoins par se révéler. Dans cette bulle où fut créé Ni le feu ni le vent, elle a arpenté son intériorité. S’est adressée à l’être aimé. A rêvé au creux de son lit d’un être cher passé à une autre dimension. Débusqué le merveilleux dans sa vie de banlieue. Ciselé un romantisme assumé, parfois exacerbé par une surabondance de fleurs bleues. Certes, les lettres de Maryse Letarte ont progressé sans que l’on puisse conclure à la grande affaire. Les notes , elles, avaient déjà fait pas mal de chemin – et plusieurs pas dans la neige !

Maryse Letarte est de ces rares compositrices de chansons pop d’ici qui puissent témoigner d’une telle connaissance harmonique, d’une telle maîtrise de l’orchestration, d’une telle connaissance de la pop classique pré-rock – je pense entre autres à Van Dyke Parks. Vu la voix feutrée et ténue de son interprète, les arrangements et la réalisation s’avèrent délicats, développés à sa mesure. Fin mélange de technologies numériques, cordes soyeuses, bugle staccato à la Burt Bacharach (une influence plus qu’évidente), hautbois, flûte traversière, piano électrique, piano, etc.. Même lorsque les rythmes s’échauffent un tant soit peu, les propositions restent cristallines. Maryse Letarte est ainsi construite… et arrive ici à extirmer le meilleur de son expression.

Alain Brunet, La Presse

Continue reading →

Maryse Letarte lance son nouvel album (La Presse)

LAPRESSE_LOGO_CoulLa chanteuse Maryse Letarte lance officiellement ce lundi, à Montréal, son nouvel album intitulé Ni le feu, ni le vent, dont elle signe paroles, musique, réalisation et arrangements.

L’auteure-compositrice-interprète en assume également la direction artistique, en plus d’y jouer de plusieurs instruments, dont le piano, les claviers, l’orgue, le glockenspiel et les percussions.

Une quinzaine d’autres musiciens ont également participé à l’album, dont le premier hautbois de l’Orchestre symphonique de Montréal, Theodore Baskin, que l’on peut entendre sur le premier extrait Ni le feu, ni le vent.

Maryse Letarte se promènera par ailleurs aux quatre coins de la province avec le spectacle Le feu, le vent, la neige, qui proposera des pièces de Ni le feu, ni le vent et de Des pas dans la neige, lancé il y a deux ans.

La chanteuse sera notamment au Petit Champlain de Québec le 1er décembre et au La Tulipe, à Montréal, le 7 décembre. Elle offrira également des spectacles à Sorel, Saint-Hyacinthe, Shawinigan, Gatineau et Granby dans les prochaines semaines.

La Presse Canadienne, Montréal

Voir l’article sur cyberpresse.ca

Continue reading →

Maryse Letarte, travailleuse autonome (Marie-Christine Blais, La Presse)

Crédit photo: Robert Skinner, La Presse
Crédit photo: Robert Skinner, La Presse

Marie-Christine Blais, La Presse

Non, Maryse Letarte ne sort pas un deuxième disque de Noël, même si la pochette de son nouvel album Ni le feu ni le vent, est dans les tons de Des pas dans la neige (2008): or, blanc et noir. Mais oui, on y trouve le chatoyant de la voix de Miss Letarte et de ses arrangements, la pureté de ses mélodies, la pointe d’obscur qui sous-tend tous ses textes depuis ses débuts. Rencontre avec une fille enceinte jusqu’aux yeux, mais qui sort un album et entreprend une tournée de spectacles.

Maryse Letarte doit accoucher d’une petite fille, fin janvier. Mais elle met d’abord au monde un nouvel album qu’elle a très longtemps porté. «En 2007, je travaillais déjà à Ni le feu ni le vent», explique-t-elle en sirotant un jus d’orange-canneberges. «J’avais écrit plusieurs chansons. Et puis, un jour de novembre, une personne à qui j’explique que mon anniversaire est en décembre me lance «pas chanceuse, en plein dans le gros stress des Fêtes!»

«Moi, reprend-elle, j’avais toujours associé Noël à la joie, mais cette phrase m’a frappée et ça m’a inspiré la chanson Ô traîneau dans le ciel sur le sujet de la folie du temps des Fêtes.» Pour être brève, disons que cette chanson est mise sur l’internet, qu’elle génère beaucoup d’intérêt, que Maryse Letarte écrit ensuite une chanson sur le blizzard, enfin qu’elle compose peu à peu des morceaux sur le thème de Noël et de l’hiver: «J’avais donc l’intention de sortir deux disques en même temps en 2008: un disque de Noël et… le disque qui sort mardi!» Finalement, en 2008, seul le premier sort: baptisé Des pas dans la neige, il devient un succès-surprise (mérité). La chanteuse en vend plus de 20 000 exemplaires, sans soutien véritable de l’industrie. On peut l’acheter cette année aussi, si ce n’est déjà fait…

Une fois l’euphorie passée et «et la pression que je me mettais à me demander ce que les gens attendaient de moi après ça», explique Maryse Letarte, la chanteuse reprend la plume, le clavier, l’ordinateur et recommence à travailler sur son cinquième album, qui deviendra Ni le feu ni le vent. Car Maryse Letarte est une «travailleuse autonome» et une «petite entrepreneure» en soi. Elle fait tout ou presque sur ses albums, l’ancienne étudiante en «songwriting» de la Grove School of Music of Los Angeles, où elle a étudié après des études en piano et en composition pour… big band, à McGill et au cégep Saint-Laurent: «J’ai même lancé la page Facebook de la Grove School», dit en riant la chanteuse dont les inflexions sur disque rappellent celles de Keren Ann, de Kate Bush (une de ses premières idoles), Françoise Hardy à ses débuts…

Particulièrement la Françoise Hardy des années 60, pour la voix qui glisse sur l’air et certains de ses arrangements très chouettes, et Keren Ann pour le côté délicat de son timbre. Ce dernier point tient aussi à la seule tâche confiée en «impartition» sur cet album: le mixage de Ni le feu ni le vent a été fait par le fameux Belge Erwin Aurique, qui a travaillé avec Benjamin Biolay, Keren Ann, Indochine, Renan Luce, Niagara, Urban Dance Squad et des tas d’autres. Le travail s’est fait à distance: «Ça m’a donné le recul dont tout le monde me dit que je ne l’ai pas parce que je fais tout, tout le temps», convient Maryse Letarte en riant. Elle a tout de même fait appel aussi à quelques musiciens amis: violons, violoncelle, basse, batterie pour l’album… «Mais je leur demande aussi d’enregistrer des pistes musicales qui serviront à mon prochain disque!» explique l’industrieuse Maryse.

Les textes de Ni le feu ni le vent parlent d’amour, d’être disparus, de fantasmes: «Cette fois, j’ai vraiment réussi à imaginer certaines situations, comme dans Ah que je t’aime! où une fille rêve d’un homme qu’elle voit à travers la fenêtre. Franchement, ici, on ne voit personne à travers les fenêtres, on ferme nos rideaux! Mais dans les films, cela arrive tout le temps, je me suis donc imaginée comme une héroïne de film. Si je suis capable de plus d’imaginaire dans l’écriture, c’est grâce au disque de Noël: ce n’est pas facile, imaginer l’hiver et Noël quand tu composes en plein été! J’ai été obligée d’être comme le peintre qui n’a pas son modèle devant lui, mais qui peint tout de même.»

Ses chansons ont justement des airs d’aquarelle… En compagnie de cinq amis musiciens particulièrement doués, croyez-moi, elle interprétera en spectacle les morceaux de Des pas dans la neige et de Ni le feu ni le vent pendant une mini-tournée qui s’arrête notamment à Montréal (à La Tulipe le 7 décembre). Et après la tournée, Maryse? Ce sera le congé de maternité. Mais ça m’étonnerait que Maryse Letarte se contente d’un seul bébé.

Voir l’article sur LaPresse.ca

Continue reading →

Marie-Christine Blais, La Presse

Disques de Noël : la deuxième bordée
Maryse Letarte – Des pas dans la neige * * * *
L’an dernier, le CD Des pas dans la neige de Maryse Letarte avait été mon coup de coeur et je n’étais pas seule dans ma gang! Cette année, le CD sort en version 33 tours, magnifique, avec en prime un téléchargement gratuit de l’album, du papier d’emballage aux couleurs de Miss Letarte et surtout un beau son analogique, face A, face B.

Photo Vynile 1

Continue reading →

L’exceptionnel album de Noël de Maryse Letarte

logo cyberpresse.ca


Stéphane Laporte
Collaboration spéciale

Concepteur, auteur et réalisateur, Stéphane Laporte a collaboré aux succès de plusieurs émissions de télévision qui ont marqué le petit écran par leur qualité et leur originalité.

J’avais entendu dire que Maryse Letarte avait commis un album de nouvelles chansons de Noël. Je n’y croyais pas. D’autres ont tenté le coup, et se sont cassés le cou. Au Québec, Robert Charlebois et Claude Gauthier ont réussi à écrire un classique de Noël: Marie-Noël. Et Beau Dommage aussi avec 23 décembre. C’est tout. Il y a deux chansons de Noël québécoises. OK trois, avec le C’est Noël de Meunier. Mais pas 4. Le Temps d’une dinde étant plus une chanson du jour de l’an! (En passant, 23 décembre et Le temps d’une dinde sont du même parolier, le très doué et pas assez célébré Pierre Huet)

Donc, moi qui achète tout ce qu’il y a d’albums québécois, je n’avais pas acheté celui de Maryse Letarte. Jusqu’à jeudi. Jeudi, Michel Rivard m’a dit que l’album de Maryse Letarte était très très bon. Michel Rivard étant l’un des compositeurs de 23 décembre justement, je me suis dit que son opinion valait la peine que j’aille faire un tour sur iTunes. Il avait raison. Comme toujours!

Maryse Letarte a réussi l’impossible. Écrire 10 vraies tounes de Noël. Des vraies bonnes tounes. Qui n’ont pas l’air folles à côté de Mon beau sapin et de Petit papa Noël. Des chansons intemporelles, des chansons tombées du ciel. J’ai ajouté tout son album à ma playlist du temps des fêtes. Ça rafraîchit le décor musical de la saison et de la maison.

Son Entre Noël et le Jour de l’an deviendra peut-être un classique à son tour.

Bravo à Maryse Letarte d’avoir eu la candeur de s’attaquer à un album de Noël original, et le grand talent de le réussir.

Et surtout merci, mon Noël sera plus beau grâce à elle.

Continue reading →

Blogue de Noël: mes albums



Alain Brunet

La période s’y prête, mettons. Au cours des jours qui viennent, je vous suggère (entre autres) quelques commentaires sur les albums de Noël qui vous sont suggérés dans les magasins, et dont j’ai fait une petite sélection.

Je n’ai rien d’un traditionaliste, mais je succombe au temps des Fêtes. J’ai des enfants, des parents, des proches, j’aime le temps des Fêtes et l’arrivée du solstice d’hiver, surtout pour les sports de neige que je pratique depuis l’enfance. Comme vous, je conviens que cette pause a son lot de superficialité, de surconsommation… et de mauvais albums de Noël. Cela étant, il s’en crée aussi des bons… et même des très bons.

Celui de Maryse Letarte, par exemple.

Petit bout de femme, petite voix fragile, vrai talent. Et, surtout, cette envie irrépressible de s’exprimer à travers la musique. Difficile de prévoir si Des pas dans la neige fera boule de neige, je me contente de vous dire que cet album est plus que joli. L’espace sonore aménagé par Maryse Letarte comporte toutes les caractéristiques d’un enregistrement fin, inspiré.

Pour servir ses dix chansons et pièces originales, elle réussit à s’y approprier de solides matériaux de pop culture, elle y intègre des éléments de musique minimaliste américaine, sans compter la musique classique. À ses talent de musicienne, d’arrangeur et de réalisatrice, se joignent des professionnels de haut niveau: le batteur Justin Allard, le bassiste Maxime Lepage, le guitarise Hugo Perreault, le trompettiste Némo Venba, un octuor de cordes, un choeur. Les mélodies y sont pour la plupart touchantes, nous avons ici un très bel amalgame d’émotions à fleur de peau et de judicieux procédés compositionnels.

Suivez le blogue de Noël, d’autres suggestions et commentaires suivront à coup sûr.

Continue reading →

Maryse Letarte: un pas important… dans la neige (Alain Brunet, La Presse)

Sacré ou profane, le répertoire musical des Fêtes s’appuie essentiellement sur la tradition orale et la musique classique, répertoire auquel s’ajoutent ces dizaines de standards américains créés au siècle précédent. Depuis les années 50? Très peu de nouvelles musiques et chansons de Noël se sont imprimées dans l’imaginaire. Ces considérations n’ont pas freiné Maryse Letarte, qui suggère 10 chansons et pièces originales inspirées par une tradition encore bien vivante.

«C’est un risque de faire un disque de Noël, estime Maryse Letarte. Ça fait peur à plusieurs artistes qui redoutent d’être associés à une mauvaise passe professionnelle dont on tente de se sortir en enregistrant des chansons de Noël. Évidemment, ce n’est pas mon cas: je n’ai pas connu la gloire, je ne reviens de rien.»

Depuis les débuts de sa carrière de parolière, compositrice, interprète, arrangeuse et réalisatrice, Maryse Letarte a effectivement circulé sur les chemins de traverse. Des pas dans la neige, très bel album exclusivement constitué de chansons et pièces originales inspirées par le temps des Fêtes, pourrait diriger sa conceptrice vers la voie principale.

Elle raconte le processus. «L’inspiration m’est venue pour une chanson: Ô traîneau dans le ciel. C’était en novembre 2007, j’avais lancé une petite production maison sur l’internet. Après les Fêtes, je m’étais mise à la production de mon nouvel album solo, j’ai alors créé des ambiances musicales et des histoires qui s’inscrivaient dans le temps des Fêtes. J’ai décidé de mener les deux projets de front. À un moment donné, c’était trop; j’ai dû mettre l’album solo de côté. On ne pouvait retarder Noël pour moi!»

Elle insiste sur la modernité de sa production.

«À peu près personne n’écrit sur le Noël d’aujourd’hui, soulève-t-elle. Les chansons les plus modernes parlent des Fêtes telles qu’on les vivait il y a plus de 50 ans. C’est bien beau, le royaume du bonhomme hiver, mais ce n’est pas tout à fait ce qu’on vit en 2008. Parce que Noël est une des rares traditions qui restent, il est aussi bon de parler de la fête telle qu’on la vit aujourd’hui.»

Ainsi, Maryse Letarte insiste sur le besoin d’actualiser notre imaginaire.

«Je ne parle pas de religion dans cet album, mais de tradition. La neige, la fin de l’année, cette pause importante qui nous fait vivre des émotions dont on se rappelle longtemps. Noël engendre des émotions mixtes, il faut dire: il y a le bonheur de retrouver ses proches, mais il y a aussi les complications, la course folle du magasinage, la consommation au détriment des relations humaines, la nécessité pour les filles d’arriver à Noël resplendissantes, la difficulté des familles recomposées à organiser les réceptions, la compétition des cadeaux entre les parents séparés… Malgré tout, Noël demeure une fête essentielle.»

Noël laïque, certes, mais Noël encore magique, décliné en 10 chansons et pièces instrumentales. Qui plus est, Des pas dans la neige s’avère un album ambitieux et raffiné: octuor à cordes, trompette, quatuor vocal, Justin Allard à la batterie, Maxime Lepage à la basse, le tout réalisé par la principale intéressée.

«Je ne cherchais pas à faire quelque chose dans le style de Noël ni dans ce que je fais d’habitude. Je me suis retrouvée davantage dans le mode de l’expérimentation; puisque j’étais un peu en dehors de mon parcours normal, je me suis permis d’explorer et ça a nourri mon prochain album.»

Ainsi, Maryse Letarte a franchi ce pas important… dans la neige.

Voir l’article original>>>

Continue reading →